Comment est financé un syndicat ?

Avec quel argent et comment est financé un syndicat ? Cette question reste un sujet difficile pour nombreuses personnes. Ainsi, pour y voir plus clair, voici les trois principales sources financières qui alimentent une organisation syndicale en France.

Les cotisations des employeurs

Avec un taux évalué à 90% des ressources globales des syndicats, les employeurs sont les acteurs majeurs en matière de financement de l’activité syndicale. Arbitrées de façon égalitaire entre syndicats représentatifs, il s’agit de subventions octroyées à leurs syndicats au titre de l’exercice du droit syndical et elles sont proportionnelles aux résultats électoraux. Elles peuvent ainsi être réalisées directement grâce à des fonds que l’entreprise lui verse mais pouvant aussi offert indirectement grâce à des mises à disposition en acceptant de détacher un personnel de son emploi pour que celui-ci consacre amplement à son mandat de syndicaliste. En lire, la loi du mars 2014, qui met en évidence la transparence de source de financement syndicat, oblige les entreprises à prélever 0,016% de leur masse salariale pour être versé à titre de contribution aux organisations syndicales mais aussi patronales.

Les subventions de l’État et des collectivités

Certaines subventions publiques sont octroyées au syndicat afin de financer certaines de leurs activités en particulier la formation des élus prud’hommes au collège des salariées, la formation des syndiqués, etc. L’État alloue également aux organisations représentatives dans chaque fonction publique, des moyens financiers, mais qui peut être aussi humain et matériel. Les ressources budgétaires d’un syndicat peuvent aussi être alimentées par des collectivités locales qui allouent une subvention directe aux unions locales de syndicats. Par ailleurs, les collectivités peuvent prendre en charge certains des frais de fonctionnement des syndicats ou certaines de leurs activités grâce à la mise à disposition gratuitement de locaux comme des bourses du travail. Ces subventions s’avèrent minoritaires pour le financement syndicat, mais elles restent non négligeables pour le bon fonctionnement d’une organisation.

Les cotisations des adhérents

Les cotisations des adhérents représentent aussi une part du financement d’un syndicat, dont le taux par rapport au budget global est variable d’un syndicat à un autre. Cela est lié à la concentration et nombre d’adhérents, et la contribution s’appuie sur un barème établi relativement à leur rémunération. Mais selon l’estimation, la part financière provenant de cotisation des syndiqués ne représente que 3 à 4% du financement syndicat français. Enfin, les syndicats disposent de plusieurs autres manières d’augmenter leurs ressources comme les subventions des organismes de sécurité sociale, organismes de formation, mutuelle, la vente d’espace publicitaire dans leurs journaux, location de stands dans des congrès, subventions de syndicats patronaux… etc.